zebra logo

BLOG VISIBLE VALUE

Utilisation des codes à barres dans les hôpitaux: parce que nous ne sommes que des humains

Publié par Zebra EMEA

19 mars 2014 11:22:00

icon-healthcare_mr

S'il y a une personne en qui nous avons entière confiance, c'est bien notre médecin.

Et c'est tout à fait normal, car il sait tout de nous : notre âge, notre groupe sanguin, nos allergies, nos antécédents et les traitements que nous suivons. Votre dossier est stocké en toute sécurité dans une base de données, et est accessible par d'autres professionnels de la santé en cas d'urgence.

Mais que se passerait-il si l'impensable vous arrivait et si vous étiez victime d'une erreur de dosage de médicament ? Ou si l'on vous donnait le mauvais médicament ? Et si personne n'avait pris connaissance de votre allergie ou si vous étiez traité pour une maladie dont vous ne souffrez pas ? Enfin, qu'arriverait-il en cas de défaillance du système ?

Dans un secteur où la sécurité du patient est cruciale, la sécurité de nos données l'est tout autant.

Avec une population sans cesse croissante, les besoins des patients sont de plus en plus difficiles à suivre. Nous nous en remettons aujourd'hui non seulement à nos médecins, mais aussi aux ordinateurs, aux bases de données, aux transferts de fichiers et à un large contingent de professionnels de la santé les plus divers

Une erreur d'identification peut déclencher un engrenage d'événements qui n'aurait jamais dû se produire et dont les conséquences pourraient être fatales. Sur les trois millions de transfusions sanguines réalisées en 2012, près de 250 ont fait l'objet d'incidents, tous dus à une erreur de groupe sanguin, un chiffre qui suscite bien des inquiétudes.

Il n'est toutefois pas surprenant que ces erreurs se produisent, car nous sommes beaucoup moins « uniques » que nous aimerions le penser. Il se peut que des centaines, voire des milliers de personnes dans le monde portent les mêmes nom et prénom que vous, et selon le paradoxe de la date d'anniversaire, si 23 personnes se trouvent dans la même salle, il y a 50 % de chances qu'au moins deux d'entre elles soient nées le même jour que vous. Si l'on porte ce nombre à 57 personnes, la probabilité passe à 99 %.

Il faut mettre fin dès aujourd'hui aux erreurs d'identification. Mais par quels moyens?

Une méthode simple consiste à utiliser les codes à barres. Chaque patient étant muni d'un bracelet de code à barres, il est facile de récupérer son dossier stocké dans une base de données et pour un médecin de le consulter. Ce code à barres peut également associer les résultats d'analyses de prélèvements et d'examens à un patient. Les médecins peuvent ainsi accéder à d'autres informations vitales en un seul clic de bouton.

Ce processus intuitif résout les problèmes liés au déchiffrage de notes manuscrites ; il diminue les erreurs et améliore la prise en charge des patients. De plus, il permet de gagner du temps et de l'argent, en permettant au personnel de gagner en efficacité. Véritable rempart contre les médicaments contrefaits, il garantit que tous les médicaments sont authentiques et administrés uniquement à ceux qui en ont vraiment besoin.

Selon des études, la technologie des codes à barres peut prévenir 42 % des erreurs d'administration de médicaments, et bien que certains s'inquiètent du fait qu'un patient se sentirait davantage traité comme un produit que comme un être humain parce qu'il porte un code à barres, de nombreux moyens permettent de battre en brèche cette idée reçue.

Selon Katherine Murphy, directrice de The Patients Association, « les professionnels de la santé qui utilisent ces bracelets à codes à barres doivent tout faire pour parler à leurs patients et les traiter avec tout le respect qu'il leur est dû ».

Un système de codes à barres permettrait aux médecins de passer moins de temps à des tâches administratives et d'en consacrer davantage à leurs patients, améliorant ainsi la qualité de leur prise en charge.

L'utilisation à terme des codes à barres dans le secteur de la santé a reçu un accueil favorable de la part de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), du ministère britannique de la Santé et des services de la santé publique en Angleterre et aux Pays de Galles. Pourquoi ne pas la soutenir vous aussi, pour le bien de vos patients et pour leur santé ? Après tout, nous ne sommes que des humains.

Pour en savoir plus: http://www.zebra.com/fr/fr/campaigns-emea/patientid.html

Topics: APAC, EMEA, Amérique du Nord, Sécurité du patient, Santé, Amérique Latine , Codes à barres