zebra logo

BLOG VISIBLE VALUE

5 mesures pour passer aux dossiers patients informatisés

Publié par Zebra EMEA

11 nov. 2015 11:27:22

Lorsqu'il est question de « gains d'efficacité », les médecins, qui privilégient l'intérêt de leurs patients, prennent peur. Mais partout en Europe, la population vieillissante coûte de plus en plus cher aux services de santé : 80 % des soins dont nous avons besoin interviennent après l'âge de 65 ans, avec des budgets qui diminuent plus qu'ils n'augmentent. Heureusement, de nombreuses mesures visant à une plus grande efficacité peuvent également améliorer la prise en charge des patients. Le dossier patient informatisé (DPI) en fait notamment partie.

Faciliter la pratique des professionnels de la santé

Nous avons aujourd'hui confiance dans les dossiers papier utilisés dans les établissements de santé. Or, ces documents sont longs à remplir, l'écriture manuscrite est souvent illisible, les feuilles se perdent facilement, sans compter qu'un dossier incomplet ou mal organisé peut être source d'erreur.

En outre, alors que certains pays, comme le Royaume-Uni notamment qui a mis en place le Summary Care Record (Dossier de soins récapitulatif), s'efforcent de mettre les dossiers patients à la disposition de tous les établissements de soins, personne ne peut, pour l'instant, accéder au dossier d'un patient, lorsque ce dernier se présente à une nouvelle clinique ou un nouvel hôpital. Et si ce patient est d'un certain âge, il risque en outre de ne pas pouvoir donner d'informations sur son état. Le DPI résout ce problème en fournissant un dossier sécurisé retraçant l'historique de chaque patient au point de prise en charge et dans le but d'améliorer son traitement. En outre, ce dossier peut alerter sur des prédispositions, comme des allergies, afin de prévenir les erreurs de prescription.

À ce jour, les principaux programmes de DPI ont connu un succès mitigé. Toutefois, la technologie évolue sans cesse et les principaux composants d'un système DPI sont aujourd'hui relativement simples à installer. Selon moi, les cinq mesures à prendre pour la planification d'un système de dossiers informatisés sont :

  1. Connecter vos sites : étant donné le volume de données susceptible de transiter par le réseau Wi-Fi de votre établissement, dont une grande partie a un caractère confidentiel, vos réseaux devront probablement être mis à jour pour garantir un solide système conçu pour les besoins de votre entreprise. La bonne nouvelle est que les réseaux les plus récents sont ultrarapides et bien plus faciles à installer et exploiter. Les économies dégagées par le service informatique chargé de la gestion des réseaux seront ainsi rentabilisées en peu de temps.
  2. Connecter vos équipes : vous devrez équiper vos équipes de terminaux mobiles couplés à des scanners pour lire les codes à barres sur les médicaments et les bracelets des patients.
  3. Définir les données : la réussite du système implique de définir les données que vous voulez rendre accessibles. Vous devrez également créer des modèles de formulaire pour faciliter le travail des médecins qui pourront envoyer leur rapport à l'aide de leurs équipements mobiles en veillant à ce qu'ils aient toujours la même qualité.
  4. Connecter les systèmes : l'une des principales difficultés lorsque l'on connecte un système de dossiers de santé est de le rendre accessible en toute sécurité à tous les établissements de soins. Cette opération est aujourd'hui bien plus facile et économique, grâce aux plateformes sur le Cloud qui permettent de créer et de consulter un système de dossiers de santé à partir de n'importe quel navigateur Internet.
  5. Produire des données : les DPI vont vous permettre de capturer bien plus de données que vous ne le faites actuellement. Les logiciels de Big Data permettent d'identifier des tendances à partir de ces données et ainsi améliorer les soins, les diagnostics et les prescriptions.

Commencer petit

Le redimensionnement de l'ambitieux projet européen Single eHealth Area et les problèmes rencontrés au début par le système britannique National Care Record ont remis en question la viabilité des DPI. Mais la technologie est aujourd'hui très robuste et éprouvée. Certains partenaires créent des systèmes dans le Cloud pour des dossiers de santé faciles à déployer. Les leçons tirées de l'expérience américaine laissent à penser que la meilleure approche consiste à créer une dorsale régionale de données de base et de la lier à des organes régionaux qui sont libres de créer leurs propres systèmes. La création de composants discrets plus petits rend les projets DPI bien plus gérables.

Cette approche est un bon début pour créer un système DPI qui diminuera les coûts et améliorera la qualité des soins - une situation gagnant-gagnant pour les médecins et leurs patients.

Topics: EMEA, Santé